Archives de catégorie : Présentation

Qui sommes nous ?

Keren-Nada Bahr à la Guitare pour le Concerto d’Aranjuez

Notre « Symphonie éclectique : de Carmen aux Beatles  » sera un voyage musical ou classique, latino et rock se côtoierons (lire ceci).

Le concerto d’Aranjuez pour guitare et orchestre  que nous vous avons présenté dans cet article sera une pièce pivot du classique au latino.

Composé pour Guitare et Orchestre, il sera interprété le Samedi 26 Mai 2018 par la soliste Keren-Nada Bahr

 

Keren-Nada Bahr : Guitariste solo pour le Concerto d'aranjuez
Keren-Nada Bahr : Guitariste solo pour le Concerto d’aranjuez

Son parcours musical commence à l’âge de 5 ans au conservatoire de Givors. Elle débute par la flûte traversière puis 2 ans après le clavecin, le chant et 3 ans après la guitare. En parallèle, en tant que flûtiste elle a fait partie des harmonies de Givors et Tarare.

En 2 000 elle choisit de se spécialiser en Guitare. Elle a travaillé avec René Bartoli au conservatoire de Marseille où elle obtient son Diplôme d’Etudes Musicale puis avec le maître Alberto Ponce à l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot où elle obtient son diplôme d’Exécution puis son diplôme Supérieur d’Exécution.

En 2008 elle commence le Quanoun (instrument traditionnel oriental) et de là, crée un ensemble de musique oriental avec un percussionniste dans lequel elle chante également. Elle arrange principalement des chansons de Fairouz (chanteuse Libanaise).

Durant sa carrière artistique, elle a fait une série de concerts au Liban organisée par le centre culturel français, en 2001 elle joue avec l’ONL « le voyage d’hiver » de Schubert orchestré par Zender. En 2004 elle joue en 1ère mondiale le concerto pour guitare et orchestre « Iber » de Cortès avec l’OSL.

Elle se produit régulièrement en solo ou duo de guitare et guitare et chant ainsi qu’avec l’ensemble de musique orientale.

Elle enseigne la guitare depuis septembre 2000 dans diverses associations. Actuellement elle travaille à l’Ecole de Musique de Brignais et au Conservatoire à Rayonnement Communal de Givors.

 

Continuer la lecture de Keren-Nada Bahr à la Guitare pour le Concerto d’Aranjuez

Le concerto d’Aranjuez de Joaquin Rodrigo

Classique, Latino et Rock pour notre Symphonie éclectique : le Concerto d’Aranjuez 

Vous êtes prêt pour un voyage musical ou classique, latino et rock vont se côtoyer ?

Pour notre grand concert « Symphonie éclectique : de Carmen aux Beatles » le samedi 26 Mai 2018, on s’est dit que de vous faire découvrir ou redécouvrir ce Concerto d’Aranjuez était tout à propos.

Pourquoi redécouvrir ? parce que sans doute, sans le savoir vous connaissez déjà ce morceau et notamment son mouvement lent , l’adagio.

Avant de vous présenter cette oeuvre, vérifions tout de suite :

Verdict ?

Lisez la suite. On vous en dit plus sur cette oeuvre et son compositeur

Présentation du Concerto d'Aranjuez
Présentation du concerto d’Aranjuez pour Guitare et orchestre au programme de la « Symphonie éclectique : de Carmen aux Beatles » le 26 Mai 2018 au Radiant

Concerto d’Aranjuez

Lorsque Joaquin Rodrigo (1901-1999) compose le concerto pour guitare et orchestre de Aranjuez en 1938 pour répondre à la commande du marquis de Bolarque, grand amateur de musique classique, il ne se doute pas du succès phénoménal que celui-ci connaîtra.

le Palais d’Aranjuez

Le concerto d’Aranjuez tient son nom des jardins du palais royal d’Aranjuez. Joaquin Rodrigo, atteint de cécité depuis l’âge de 3 ans, dira de ce lieu qu’il est « imprégné du parfum des magnolias, du chant des oiseaux et du jaillissement des fontaines » ». Impressions – et non descriptions – que l’on retrouve tout au long du concerto, œuvre de musique pure, sans programme aucun, qui offre une vision intérieure d’une Espagne éternelle et heureuse au moment même où l’Espagne est plongée dans les heures sombres de la dictature de Franco.

Le premier mouvement est animé d’un rythme vigoureux qu’aucun des deux thèmes qu’il contient ne vient interrompre. Il évoque les jours heureux passés à Aranjuez par Rodrigo et sa compagne Victoria Kamhi lors de leur lune de miel.

l’adagio : ultra connu

Le deuxième mouvement, un adagio, est le mouvement le plus connu de ce Concerto d’Aranjuez. Empreint de tristesse, il est une supplication adressée à Dieu pour qu’il ne prenne pas la vie de sa femme Victoria, qui venait d’accoucher d’une petite fille de sept mois mort-née. Ce mouvement est un véritable dialogue entre la guitare soliste et les instruments de l’orchestre.

Le troisième mouvement, allegro gentile, évoque une danse de cour, avec une combinaison de rythmes binaires et ternaires qui soutiennent un tempo vif jusqu’à la fin.

Ce concerto d’Aranjuez, que nous auront le plaisir de vous interpréter le 26 mai dans sa version d’origine, a été utilisé dans de nombreux films et séries. Il a aussi été adapté dans des styles variés notamment jazz par Miles Davis et Chick Corea, latino par Paco de Lucia et rock par John Paul Jones de Led Zeppelin. Encore une preuve s’il en fallait que la musique symphonique dite « classique » n’a pas fini d’être une source d’inspiration et d’émotion !

Retrouvez ce concerto d’Aranjuez le Samedi 26 Mai 2018 au Radiant-Bellevue pour notre Symphonie éclectique : de Carmen aux Beatles. Cliquez pour retrouver tout le programme de ce concert. 

Découvrez également ici  la soliste de ce concert : Keren-Nada Bahr 

Regarder la version rock de Led Zeplin  sur Youtube

 

Ecoutez  sur Deezer la version pour guitare et orchestre :

 

En savoir plus sur Joaquin Rodrigo sur wikipedia

En savoir plus sur le Concerto d’Aranjuez sur wikipedia

 

Connaissez vous bien Carmen de Georges BIZET ?

Connaissez vous bien Carmen de Georges BIZET pour notre Symphonie éclectique ?

 

Pour clore notre 70ème saison anniversaire, nous avons conçu un spectacle original hors du commun.

Notre Symphonie éclectique vous mènera de Carmen aux Beatles en traversant la musique classique, latino et rock !

Retrouvez tout le détail sur ce concert ici : www.oslyon.fr/symphonie-eclectique .

Il est temps de vous parler un peu plus de cette oeuvre phare qu’est Carmen.

 

Présentation de Carmen de Georges Bizet
Présentation de Carmen de Bizet – ouverture du spectacle « Symphonie éclectique ; de Carmen aux Beatles » de l’OSL le Samedi 26 Mai 2018

Tout le monde en a entendu parlé et tout le monde saurai retrouver le titre en entendant un extrait. Mais connaissez vous toute l’histoire? On va le découvrir ensemble.

Carmen est au départ une nouvelle de Prosper Mérimée datant de 1847. Mérimée s’est inspiré de l’histoire dramatique d’un brigadier déserteur ayant réellement existé et qu’il a rencontré durant l’un de ses voyages en Espagne. L’opéra, le chef d’œuvre de Georges Bizet (1838-1875), est sans doute l’opéra français le plus célèbre et compte parmi les opéras les plus joués au monde.

               Pourtant, les débuts furent difficiles : la première fut un désastres, les musiciens et choristes n’étant pas à la hauteur, les changements de décors étaient trop lents, le public fut choqué par cette histoire sulfureuse et la critique et la presse condamnèrent unanimement l’œuvre au nom de la morale. Bizet en fut bouleversé, se réfugia à la campagne, tomba malade et mourut trois mois plus tard. Il ne vécu malheureusement pas le succès de cet opéra qui devint très vite très populaire et qui est aujourd’hui considéré comme l’œuvre la plus accessible du répertoire français.

Carmen et Don José
Carmen et Don José

L’histoire se situe à Séville en Espagne. Carmen, une jeune bohémienne rebelle et séductrice, déclenche une bagarre dans la manufacture de tabac où elle travaille. Elle se fait arrêter. Le brigadier Don José, chargé de la mener en prison, tombe sous son charme et la laisse s’échapper. Par amour pour elle, il va déserter et rejoindre les contrebandiers. Mais Carmen très vite va se lasser de lui et se laisser séduire par un célèbre torero. Don José, fou de désespoir et dévoré par la jalousie, la frappe à mort avec un poignard.

La fête, l’amour et la mort !

L’ouverture annonce d’emblée ce que l’on trouvera dans Carmen (tant l’opéra que le personnage éponyme): la fête, l’amour, et la mort.  Pour ceux qui se demanderaient ce qu’est une ouverture d’opéra: il s’agit d’une pièce instrumentale qui constitue le début de l’œuvre. Ici elle de type pot-pourri et nous donne à entendre les grands motifs musicaux que l’on va retrouver dans la suite de l’œuvre, comme une sorte de bande-annonce.

Vous pourrez donc écouter successivement la parade de l’acte IV,  le ô combien célèbre air du toréador de l’acte II ainsi que le thème du destin qui parcourt toute l’œuvre à ses moments les plus dramatiques. En imaginant, dès l’ouverture, une musique dont la clarté éblouit et la puissance tragique étreint, Georges Bizet a paré la Carmen de Prosper Mérimée d’une robe étincelante et fatale.

 

Retrouvez cette ouverture lors de notre prochain concert

Ecoutez l’ouverture de l’ouverture de Carmen sur Deezer :

Regarder une représentation de l’ouverture de Carmen sur Youtube

par le BUDAPEST SCORING SYMPHONIC ORCHESTRA

 

En savoir plus sur Georges Bizet sur wikipedia

En savoir plus sur Carmen sur wikipedia

 

 

Ouverture Tannhäuser de Richard Wagner

Ouverture de l’opéra Tannhäuser – Richard Wagner 

Richard Wagner | LEIPZIG, 1813 — VENISE, 1883

Richard Wagner
Richard Wagner

Dès l’enfance, sa famille voyage beaucoup pour cause de théâtre; Wagner est pratiquement né dans le théâtre. À Dresde, il est figurant dans le Freischütz de Weber, un intime de la famille à cette époque. Dès lors Wagner sait qu’il sera homme de théâtre. Et comme nombre de romantiques allemands, il cultive l’amour des tragédiens grecs, de Shakespeare, de Gœthe. De même, il partage avec ses contemporains l’amour du Moyen-Âge, des légendes qui, pour lui, seront la redécouverte du patrimoine nordique, en opposition avec les tendances italianisantes.

Tannhauser, créé à Dresde en 1845

Tannhäuser est un des premiers grands chefs-d’œuvre de Richard Wagner. Cet opéra conte l’histoire de Tannhäuser, un homme en quête d’identité, partagé entre le sensuel et le spirituel, l’amour profane et l’amour sacré, mais aussi celle d’un artiste cherchant la reconnaissance.

L’ouverture de Tannhäuser peut être considérée comme une oeuvre symphonique à part entière. En effet, il s’agit d’un résumé de l’opéra plus que d’une ouverture.  Deux thèmes principaux s’y opposent, symbolisant la dualité de Tannhäuser. Le premier sera dans la suite de l’opéra le Chœur des pèlerins. Véritable choral, il est d’abord exposé solennellement par 2 clarinettes, 2 cors et 2 bassons. Le thème dit du Repentir lui succède, plus lyrique mais introspectif. Le thème initial des pèlerins revient ensuite, joué par 2 trombones, un trombone basse et un tuba, soutenus par des roulements de timbales, ce qui lui confère  puissance et éclat.

Wagner a composé deux versions différentes de cette ouverture: la première, dite de Dresde, que vous entendrez joué par l’OSL, a été créée en 1845. La seconde dite de Paris a été arrangée pour la première de l’opéra à Paris en 1861, la reprise de la marche initiale étant remplacée par une bacchanale  en raison d’une exigence du public parisien.

 

Retrouvez cette ouverture de Wagner lors des nombreux concerts de l’OSL

Ecoutez l’ouverture de Tannhäuser sur Deezer :

Regarder une représentation de Tannhäuser sur Youtube

 

Plus d’informations sur Richard Wagner et sur l’opéra Tannhauser sur Wikipedia.